Notre cerveau se jouerait-il de nous?

Mis à jour : janv. 19


Notre cerveau est-il notre plus fidèle allié ? ou se joue-t-il de nous ? Faut-il se fier à ce que notre cerveau nous commande ou nous trompe-t-il par un raisonnement erroné lors d'une situation donnée ? La réponse est OUI ! C'est ce que nous appelons les biais cognitifs du cerveau.

Attachons nous dans un premier temps à définir ce qu'est un biais cognitif.

Selon le Larousse : un biais est un 'moyen indirect et habile de résoudre une difficulté' ; cognitif signifie 'Qui se rapporte à la faculté de connaître'.

En d'autres termes, un biais cognitif est un moyen habille du cerveau pour résoudre une difficulté en utilisant nos connaissances. Le cerveau emploie un raccourci en se basant sur ses connaissances pour résoudre un problème.


Un cerveau primitif qui a permis la survie de l'Homme.

Ces facultés sont très utiles à l'homme pour raisonner rapidement en se basant sur ses connaissances. Ainsi, le cerveau d'une personne qui rencontre un beau lion, agira rapidement et prendra la décision de fuir plutôt que d'aller le caresser. C'est une question de vie ou de mort !

Mais aujourd'hui pour la majorité de la population mondiale, il est peu probable qu'on rencontre un lion au coin de la rue. Ces biais cognitifs biaisent alors nos raisonnements. Face à la présence de multitudes d'informations, le cerveau doit faire le tri de ces informations à une assez grande vitesse par rapport aux connaissances et aux croyances que nous avons tous.

C'est la philosophie d'Expériences de pensée, à travers le programme J-PENSE, les ateliers philosophiques nous permettons de mettre en lumière ces biais.

Les ateliers philosophiques permettent de reconnaître ces biais et de trouver une alternative de pensée à travers l'échange et le débat. On prend alors des décisions grâce à un raisonnement structuré, une méthode d'analyse et un esprit critique.

Ces biais sont inconscients et constituent des erreurs d'appréciation, d'interprétation et de jugements. Il existe un certain nombre de biais du cerveau, nous allons vous en présenter quelques uns, ici.


Le biais de corrélation.

Coluche disait : 'n'allez pas à l'hôpital, on y meurt dix fois plus que chez soi!'. Le raisonnement paraît logique si on ne s'y penche pas un peu plus.

Un autre exemple frappant est celui-ci publié dans l'article de Sciencefacts, vous y trouverez d'ailleurs d'autres corrélations.

Source : http://sciencesfacts.over-blog.com/2018/12/correlation/causalite.html


Attention, ces biais cognitifs, ne sont pas le fait des enfants ou des personnes 'non-éduquées'. Ceci constitue également un biais. Des scientifiques éminents, politiciens, des spécialistes en la matière, des personnes aguerries peuvent également subir ces biais.

Lors d'un atelier philosophique, les animateurs, ainsi que les enfants ont des biais cognitifs. Il est donc primordial que les animateurs soient conscients de leurs propres biais, de leurs croyances ainsi que ceux des élèves qu'ils encadrent afin de permettre à tout un chacun de penser librement, d'échanger et d'avoir un esprit. La posture de l'animateur est alors primordiale.

Je vous invite d'ailleurs de visionner cette vidéo passionnante concernant les biais cognitifs que nous avons et qui influent sur notre prise de décision lors de la pandémie de Coronavirus.

https://www.youtube.com/watch?v=H6IAOM3Ei2o


Éviter les biais cognitifs.


Comment éviter les biais cognitifs et prendre des décisions rationnelles?